Cendrey

Cendrey s’étend sur 5,52 km2 et se trouve à une altitude de 232m. La commune compte 192 habitants (rapport Insee 2019), dont le gentilé est Cendreyien, Cendreyienne.

Le maire pour le mandat de 2020 à 2026 est Gérard Faivre et propose des permanences à la mairie les mardi et vendredis de 16h à 17h.

Pour contacter la maire ou le maire, vous pouvez téléphoner au 03 81 86 12 42 ou au 06 72 86 76 95 et par mail à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le délégué titulaire à la Communauté de Communes Doubs Baumois est Gérard Faivre et le délégué suppléant est David Serrier.

 Un peu d'historique :

Situé dans la vallée de l'Ognon, la commune de Cendrey est assez accidentée. Le village est construit sur éperon le long de la R.D.23 et domine la plaine alluviale de l'Ognon et celle du ruisseau "la Beune". Le site de Cendrey se prêtait admirablement à l'installation d'un village néolithique. Sa situation s'inscrivait dans la liste des éperons barrés par des "murgers". On a découvert en divers endroits du territoire du territoire communal et à l'emplacement du village même, des outils néolithiques (haches polies, grattoirs, morceaux de meules en grés). Au lieu-dit "la Combe aux Francs", la présence de quelques morceaux de tuiles à rebords et de céramiques témoigne d'une construction gallo-romaine datant de la fin du IVème siècle.

Au début du siècle dernier, le curage du ruisseau "la Beune" a permis de mettre à jour au lieu-dit "le pré du taureau" deux sarcophages en pierre de l'époque mérovingienne. A cet endroit, une tombe de la même époque ne contenant aucun objet a été deécouverte il y a quelques dizaines d'années. Probablement, s'agissait-il d'un petit cimetière mérovingien !

A partir du début du XIIème siècle, l'histoire de Sendré (ou Sendrey) va se confondre avec celle de l'Abbaye Saint-Paul de Besançon,dont la politique semble avoir été d'agrandir le plus possible ses biens sur Sendrey, soit par des achats, soit par des reprises de fiefs,partagés en un grand nombre de petits domaines relevant de seigneurs locaux. Nous pouvons en citer quelques-uns : Etienne de Larians, Roguier de Sendrey, Renaud de Rognon..

En 1349, la communauté de Sendrey est durement frappée par la peste noire. Plus du tiers des habitants disparaît. L'année suivante, cette même maladie sévit à nouveau et c'est encore le tiers des survivants qui sera touché par le fléau. Deux siècles plus tard, en 1545, le village de Cendrey sera totalement incendié par des bandes à la solde d'Henry IV.

Au XVème siècle, Cendrey est de très loin la plus importante des mairies instituées par l'Abbaye de Saint-Paul et, en tant que patron de l'église, elle présente un candidat à la magistrature locale. En 1609, les officiers municipaux portent plainte auprès de l'Abbé de Saint-Paul pour avoir été battus et maltraités en exerçant la propre politique du monastère. En 1754, l'Abbé nomme François BOUGEOT Maire de Cendrey. A cette époque, les liens entre le religieux et le civil sont extrêmement étroits, voire fusionnels.

Le XVIIIème siècle voit de nombreux procès entre l'Abbé de Saint-Paul et le marquis de Franchet, Conseiller au Parement de Besançon. En 1769, Louis XV fait ordonner une enquête pour mettre fin à ces différents litiges.

Partir à la découverte de Cendrey :

  • L’enfant du village : Armand BARTHET (1820–1874)

Né à Besançon le 15 avril 1820, avocat puis journaliste satirique à l’Impartial, journal bisontin, il écrivit en 1847 une pièce de théâtre « Le moineau de Lesbie », jouée au Théâtre Français par la comédienne Rachel FELIX, première représentation en 1849. Une autre pièce « Le chemin de Corinthe » connut aussi un certain succès. Il fut l’auteur de plusieurs recueils de poésie. Esprit caustique et virulent, Barthet marqua de son empreinte la vie artistique bisontine du milieu du XIXème siècle. A Cendrey, sa maison est située rue du Bois Haut (une plaque commémorative est placée sur un pilier du portail d’entrée). Il est décédé à Ivry-sur-Seine le 14 février 1874.

 

  • Les monuments

Le Moulin de l'Oiselot : au bord de la Beune, datant du début du XVème siècle

♦ Le château construit en 1666 par le notaire Vichot qui domine le village. Plusieurs maisons du village possèdent des linteaux de fenêtre ou de porte en accolade, typiques du XVIIème siècle franc comtois 

♦ Un petit oratoire de la Vierge qui abrite Sainte Anne, édifié en 1864 face au lavoir public au bas du village construit en 1829 par l'architecte Painchaux

♦ La maison commune construite en 1834 par l'architecte Barthe

♦ Deux fontaines datant de 1829 et 1836

♦ Un calvaire de mission au lieu-dit "la Côte Gaillard" édifié en 1884

♦ Le carré militaire du cimetière inauguré le 11 novembre 2004 à la mémoire des 37 victimes des deux dernières guerres mondiales, originaires de Cendrey, Flagey-Rigney, La Bretenière, Ollans et Rougemontot

 Nos artisans/commerçants :

Benjamin CHATRENET : l’escargot de Cendrey , 8 rue de Battenans 25640 CENDREY, tél. : 06 82 33 30 43, Adresse mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Bernadette CONVERSET : pizzas à emporter, Les mardis, vendredis et samedis soir, Tél. : 06 61 21 04 29 ou 09 61 50 86 70, 2 impasse des prés 25640 CENDREY

TOP